Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 17:38

th.jpg                A tous les amis Juifs

           qui pourraient passer par ici!...

 

                      SHANA TOVA...

 

         Que ce monde retrouve Paix et Sérénité

 

                   Santé et Prospérité

                  pour Vous,vos familles

          et tous ceux qui vous sontchers.

 

                           Shalom                 

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 09:32

thP86MBBL3                              Dans toutes les cultures, la pierre a une place prépondérante. Avant même d’être utilisée comme matériau de construction, elle servira à fabriquer des outils et même des armes. La pierre de silex permettra à l’homme en frottant entre eux deux morceaux de celle-ci de provoquer des étincelles qui lui permettront d’allumer le feu.

                             Mais cette vision matérielle résumée de la pierre a eu parallèlement une utilisation cultuelle et symbolique. Nous nous contenterons dans ces quelques lignes d’une approche concernant  les 3 religions monothéistes que sont : Le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam.

                             En effet pour ces trois visions, la pierre est un symbole porteur, dans l’Islam nous notons la présence de la « Pierre Noire » appelée la Kaa’ba présente à La Mecque, lieu de pèlerinage très important pour les musulmans, au cours duquel, ils tournent en procession autour de l’endroit où se trouve celle-ci. Elle est appelée aussi la main droite de Dieu – yamin Allâh – Le fidèle fait serment de fidélité en posant la main droite sur celle-ci et en y déposant un baiser, cela s’appelle l’Istlâm (obtention du pacte)

                             Pour les chrétiens c’est plus symbolique, car la pierre ne se manifeste que dans la Parole :  

-  Dans les Evangiles, nous trouvons la fameuse phrase attribuée à Jésus s’adressant à l’un de ses disciples, en l’occurrence Simon Pierre…      

" Tu es Pierre et  sur cette pierre je bâtirai mon église..."     

Jeux de mots impossible en hébreu…      

-  Et dans le livre de l’Apocalypse, l’allusion de la « Pierre Blanche » de la fin des temps, en rapport avec le Nom du  Principe .      

Il est écrit : « A celui qui vaincra, je donnerai de la manne cachée…. »

Vaincre, que faut-il comprendre au travers de ce mot guerrier ?...

Dans ce contexte, il peut avoir la définition de maîtriser, surpasser…maîtriser ses vices, ses passions, dépasser ses peurs…

Quant à la manne, elle peut être assimilée à la parole du Principe

                             A la suite de ce même verset il est écrit : « Je lui donnerai une Pierre Blanche et sur cette pierre est écrit un nom nouveau que personne ne connait, sauf celui qui le reçoit… ».

Paroles énigmatiques concernant cette pierre.

                             Dans le Judaïsme, la pierre a une importance capitale dont nous trouvons l’origine chez les Hébreux au travers de celui qui va devenir le père de ce peuple, à savoir Avram dont le destin va être transformé dans son dialogue avec le Principe…et  deviendra alors Abraham, l’insertion de la lettre He représente symboliquement une fenêtre sur la spiritualité.

                            Pour la ligature de son fils (appelée plus souvent le sacrifice) il dresse l’offrande sur un autel de pierre…

 

 

                            Et puis l’épisode où le peuple sorti d’Egypte va recevoir par l’intermédiaire de Moïse les 10 paroles qui vont être la base de la législation de ce peuple en quête d’autonomie et de liberté.

Ces 10 paroles seront gravées sur des tables de pierre…

 

                            Pierre en hébreu Even….s’écrit Aleph-Veith-Noun, contraction de Av =père et Ben=Fils…

                            אבן

 

                            Ce qu’il faut comprendre, c’est que ces Paroles gravées dans la pierre devaient être transmises de Père en Fils. La pierre devient le symbole de la Tradition.

 

                            La Pierre est sacralisée…d’état de matière qu’elle est originellement,  elle reçoit le côté spirituel, et c’est ainsi que nous la retrouvons sur certain chemin initiatique où le schème consiste en une pierre brute à transformer en une pierre polie, taillée pour s’insérer dans le lieu sacré qu’est le Temple. Celui qui entreprend une telle démarche étant à la fois, la pierre brute, la pierre taillée et le Temple…On pourrait même rajouter qu’il est le chemin, parce que c’est lui qui se le trace pour avancer…Il est « l’homme en chemin » cher aux Kabbalistes.

 

                            On ne peut aborder le thème de la Pierre, sans parler de la « Pierre Philosophale » des alchimistes.

                            La Pierre Philosophale appelée aussi Pierre des Sages représente le résultat du Grand Œuvre, sa réalisation. Elle serait capable de réaliser la transmutation des métaux ordinaires (vils) en or.

                           En partant de celle-ci on pourrait en extraire un élixir de longue vie, capable de guérir, voire même de rendre immortel celui qui l’ingérerait.

                           Derrière cette interprétation aux apparences matérialistes, il faut surtout appréhender la vision symbolique menant l’homme sur le chemin de l’évolution spirituelle. Nous retrouvons le concept de « l’homme en chemin »

                            

                            

 

                            

                                      

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 11:43

Adam-dieu-rouge.jpg

Il y a 72 ans, en pleine terreur nazie, paraissait aux Editions Niclaus, libraire-éditeur, 38, rue saint-Jacques, à Paris, un livre étrange, dont le titre ne l’était pas moins :

  Adam, dieu rouge

 avec ce sous-titre explicatif : L’ésotérisme judéo-chrétien. La gnose et les Ophites. Lucifériens et Rose-Croix.

 

Le voici réédité par les Editions Signatura.

 

    Sur le plan littéraire, la publication d’Adam, dieu rouge marque le début de l’œuvre gnostique de Robert Ambelain. Le livre s’ouvre sur trois citations, dont celle-ci, extraite de la première Méditation de Descartes : " Il faut remettre toutes choses en doute une fois au moins en sa vie ". Or, les deux autres maximes sont tirées, respectivement, du Sepher ha-Zohar  et de l’Evangile selon Marc. Toute l’œuvre littéraire, toute la quête personnelle, occultiste et initiatique, de Robert Ambelain, tiennent dans ces trois citations, où d’aucuns ont cru voir des contradictions, alors qu’elles constituent en réalité les trois angles d’attaque de la réflexion permanente d’un initié rebelle et d’un historien contestataire, tel qu’il le revendiquait lui-même, qui fut avant tout un homme de désir épris de justice.

     Depuis les sept décennies qui nous séparent de la publication d’Adam, dieu rouge, notre connaissance du gnosticisme et, plus généralement, du judaïsme polymorphe, avant et après la naissance du christianisme, a considérablement progressé. Dans bien des domaines, elle a même été totalement bouleversée par les découvertes des manuscrits de Nag Hammadi, en 1945, et de Qumrân, entre 1947 et 1956. Dans ce livre qu’on s’honore aujourd’hui de sauver de l’oubli, Robert Ambelain nous en apprend sans doute moins sur la gnose, les Ophites, les Lucifériens et les Rose-Croix que sur sa propre pensée nourrie d’intuitions fulgurantes. N’est-ce pas là l’essentiel ?  

     La gnose de Robert Ambelain était radicalement hérétique devant la Grande Eglise ; hérétique en 1941, comme en 1967, et au-delà. Car les gnostiques des premiers siècles sont les maîtres de Robert Ambelain, comme ils l’avaient été de Doinel et de Bricaud. Mais il enrôle aussi les Pères de l’Eglise, à commencer par Origène, parfois dans une interprétation très personnelle. Et aussi les Cathares, d’autant plus respectables à ses yeux qu’ils ont été martyrisés. Et aussi les templiers dont il croit percer et révéler le lourd secret qui serait la raison de leur anéantissement par le même pouvoir romain.

     Occultiste et gnostique à ses débuts, occultiste et gnostique à sa façon jusqu’à son dernier souffle, en dépit de maintes rectifications, Robert Ambelain fut l’homme d’une expérience spirituelle permanente, et d’une expérience qui ne se départit jamais de la prière. Croyant en Dieu, en sa perfection infinie, aux mondes intermédiaires entre Dieu, l’homme et l’Univers, défenseur du vrai Lucifer, le Robert Ambelain des dernières années, au fond, n’était pas différent du jeune occultiste qui avait publié Adam, dieu rouge, dans les années noires de l’Occupation. Mais la gnose de Robert Ambelain est une gnose secrète, comme était secrète son Eglise Gnostique, y compris parfois pour lui-même, y compris malgré lui, mais toujours dans la grâce agissante dont il a bénéficié, j’en suis convaincu, à titre personnel, et dont il s’est trouvé si souvent porteur et mainteneur, tel en cet Adam, dieu rouge.

 

 

Extrait de la préface de Serge Caillet  aux Editions Signatura

 

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 08:20

affiche-jpeg-2.JPG  

 

           

     

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 10:39

135843_fr_60747119lu.jpgJoyeuse Fête de Hanoukka...

 

Que ces Lumières éclairent les hommes encore dans la ténèbre...

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 08:14

 

 

 

 

Parole 3

 

 

 

A ceux, que leur chemin conduira jusqu'ici,

 

Qu'ils reçoivent mes Meilleurs Voeux pour cette

Nouvelle Année

 

 

JOIE - PAIX - SERENITE

 

le tout couronné par la SANTE

 

 

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 18:25

 

Ce texte est extrait de : "Souveraineté du vide" de Christian Bobin.

 

Je l'ai trouvé intéressant, chacun pouvant se l'approprier

 pour la réflexion qu'il peut susciter ...

 

main de lumière

 

"Un jour viendra où une main de Lumière heurtera le bois du cœur,

avec une telle insistance que je ne pourrai faire autrement que me lever, et ouvrir. A la question qui me sera alors posée, je ne saurai pas répondre, sinon par un sourire :je n'ai rien fait de ma vie. Je l'ai perdue le plus possible."

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 18:21

 

 

A tous les amis juifs qui viennent visiter ce blog, je souhaite

 

 

         שנה  תובה                        bougie.jpg

  

 

 

Que cette nouvelle année soit douce...et que la sonnerie du Shofar rappelle aux hommes que le monde a besoin de vivre dans l'ordre et l'harmonie...

        שלם

                                                    

 

 

 

 

 

 

 

                            

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 10:40

La fête de Pourim (1) est la commémoration du salut du Peuple Juif menacé par le complot d’Haman qui voulait exterminer le Peuple Juif (Hommes, femmes, enfants, jeunes et vieux..) et cela en la même journée.

Cela se passait sous l’Empire Perse durant le règne du roi Assuérius, environ moitié du images-pourimeguila.jpgVème siècle avant notre ère.

Haman était le grand vizir (sorte de 1er ministre) d’Assuérius

 

Assuérius aurait épousé une jeune fille juive, Esther suite à un concours de beauté…Elle aurait demandé à son peuple de jeûner alors qu’elle intercéderait auprès du roi son époux pour épargner ce massacre…

Assuérius accorda son aide au peuple dans le combat contre Haman et ses partisans.

L’historicité de cette épisode pose problème pour les auteurs scientifiques, l’absence de l’existence d’un roi Assuérius dans les sources perses ou même celle d’un roi ayant eu un vizir juif.

Pour les Kabbalistes, la fête de Pourim est considérée comme un jour de joie lié indirectement à la Providence Divine car le nom du Principe n’est jamais cité dans le Livre.

Cette fête ne transmet aucun message religieux, elle a plus un sens de fête nationale commémorant la victoire du Peuple Juif sur leurs ennemis et la chute d’Haman symbole de l’antisémitisme.

  

(1) -Pourim signifie « les sorts » (Haman aurait jeté des dés pour décider du jour du massacre - elle se fête le 14 Adar - le 08 mars pour 2012)

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 15:06

 

 

Ces quelques lignes ne sont pas exhaustives sur la symbolique, le déroulement du shabbath, et sa raison d être. Seulement quelques généralités. Il faudrait un Livre pour en pénétrer toute la profondeur.

 

7ème jour de la semaine qui commence le dimanche chez les juifs.

Ce jour est celui du repos dont l’origine est puisée dans le Livre de la Genèse (Bereshith) :

« Il a créé le monde en 6 jours et se reposa de l’ouvrage le 7ème… »

 

Nous en retrouvons quelques rappels dans les textes, par exemple dans le Livre de l’Exode au chapitre 20 :

« Souviens-toi du jour du repos pour le sanctifier. Tu travailleras 6 jours et tu feras tout ton ouvrage, mais le septième jour est le jour de l’Eternel, tu ne feras aucun ouvrage…….. »

 

shabbath.jpg

Shabbath commence le vendredi soir, environ 20 minutes avant le coucher du soleil, pour prendre fin le samedi soir à l’apparition des premières étoiles.

 

Cette période est consacrée au repos physique, c’est un moment privilégié pour la famille et les amis qui se retrouvent autour de la table pour un repas de fête et de réjouissance où les thèmes de discussions et de réflexions sont essentiellement des échanges sur la spiritualité, les commentaires et textes sacrés.

Il y a trois repas, celui du vendredi soir, celui du samedi midi et samedi en fin d’après midi.

Ils sont précédés du Quiddush - Sanctification sur la coupe en argent remplie de vin et suivi de la bénédiction « ha-Mosti » sur le pain, Hallote (pain en forme de tresses).

Des mets spécifiques sont préparés pour cette occasion et qui sortent de l’ordinaire, les coutumes diffèrent suivant les courants (séfarades, ashkénazes…)

   

La cérémonie d’accueil du Shabbath, c’est l’accueil de la shekhinah (la présence Divine), la fiancée, la reine Shabbath. C’est l’occasion de chants et récitations de psaumes.

Des cérémonies se déroulent également à la synagogue pendant cette période…le vendredi soir, le samedi matin et en soirée.  

Le vendredi soir, le chef de famille bénit ses enfants et la maîtresse de maison allume les bougies, pour certains c’est une par membre de la famille pour les Kabbalistes , ils ont fixé à 7 le nombre de bougies, celles de la Menorah..

 

 

 

Dans la Nouvelle Alliance

   

Yeshoua dit : « Le Shabbath a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat, de sorte que le fils de l’homme est maître même du shabbath… »

 

 Le shabbat a été fait pour que l’homme se repose et sanctifie ce jour en l’honneur du Principe qui l’a instauré.

 

Il en est le maître dans le sens où il a l’initiative sur le déroulement de cette période…Maître du cycle, travail-repos, maître de sa réflexion, de sa spiritualité. Il est le maître de cérémonie au sein de sa famille et toujours en reconnaissance du divin auquel il est lié par sa conscience.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article

Présentation

  • : La kabbale du Goï
  • La kabbale du Goï
  • : Une passion, une recherche : la Kabbale et une approche de nos Textes Fondateurs
  • Contact

Recherche