Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 20:10

L’or zahav est coor-alchi.jpgnnu des alchimistes, ils sont censés s’adonner à l’art de fabriquer de l’or ; sous cet aspect symbolique, il s’agit de fabriquer notre or intérieur, rechercher ou plutôt tendre vers la perfection, l’or métal précieux représente cette finalité, le Grand Oeuvre…

Chez les kabbalistes, il représente les principes cosmiques s’unifiant dans l’œuvre de la Création…

 

Il est très présent dans les textes bibliques avec diverses appellations…nous n’en ferons pas le tour…quelques exemples :

  « Jette ton or dans la poussière, l’or d’Ophir parmi les cailloux des torrents, Shaddaï (le Tout Puissant) sera ton or, ton argent, ta richesse… » (Job22,24)

L’or d’Ophir,  Ophir correspond à l’actuelle Ethiopie et correspondait au nom d’une terre semblable à de la cendre – cendre en hébreu אפר aphar.

Ne t’attache pas aux biens matériels,(l’or dans la Bible est aussi symbole de l’idolâtrie) ce n’est que poussière tout comme la cendre…le frottement avec les cailloux du torrent, le purifiera…Il sera pareil à Shaddaï et sera ta richesse que l’on peut résumer par laisse les idoles, purifie toi et tourne toi vers Shaddaï…

Ce verset du Livre de Job a des connotations alchimiques…la cendre, la poussière, les cailloux représentent la matéria prima…nous avons l’eau du torrent, puis le Soleil et la Lune avec l’or et l’argent…on sait oh combien ce livre est une transformation, une persévérance à la sagesse et la justice…

« or enfermé » ou « hermétique" זהב סגר zahav sagour

« Le Débir avait 20 coudées de long, vingt coudées de large et vingt coudées de haut, et il les revêtit de zahav sagour, il fit un autel de cèdre devant le Débir et il garnit ainsi de zahav sagour le temple entier… » (1Roi 6, 20-21)

Dans ce cas encore…hermétique peut faire penser à l’alchimie, l’hermetisme qui entoure le débir, lieu de la Parole  דבור dabar.

 

Dans 2 chron. 3, 6 : « Il sertit alors la salle de pierres précieuses, éclatantes, l’or était de Parvayim ».

 

Dans 1 Roi 10, 18 : « Le roi fit aussi un grand trône d’ivoire et le plaqua de Zahav moupaz ». moupaz pouvant se décomposer en מו fondre, dissoudre et פז briller, dorer

 

Il est écrit en Gen 2, 12 : « Zahav de ce pays est tov bon et là se trouvent le bdellium et la pierre d’onyx ».

 

Prov. 8, 10 : « Prenez mon instruction et non de l’argent, et la science plutôt que harouts éprouvé ». ici nous n’avons pas zahav pour l’or mais harouts , accompagné d’éprouvé…

  Nous trouvons zahav shahout שחט abattre,immoler ce qui est curieux pour de l’or, mais cela peu peut être s’expliquer avec le passage 2 Chron. 9, 15 :

« Le roi fit deux cents grands boucliers de zahav shahout…. » pour réaliser des boucliers, il faut marteler, battre le métal…zahav shaout peut donc se traduire par or martelé..

 

Différents aspects de l’or sont abordés dans les textes…je rajouterai que zahav –

זהב a pour valeur 14 tout comme יד yad – la main. Nous connaissons tous l’expression avoir des mains d’or…l’expression yad zahav, main d’or a pour valeur 14+14=28…même valeur que כח khoa – la force, c’est une force que d’avoir la main d’or…28 c’est également la valeur de  טיט tit-la boue…de cette boue qui peut représenter la materia prima 28 en passant par la force khoa 28 des deux mains, chacune valant 14 on peut par mutation obtenir zahav, l’or 14 dans chacune d’elle…cette image symbolique est une image d’élévation spirituelle…

זהב zahav – l’or est associé par les alchimistes à שמש shemesh – le soleil symbole de l’élévation spirituelle en plénitude…et la valeur de shemesh est de 640 même valeur que la racine trillitère תמר tamar élever, dresser……

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 04:03

 

genesePremier mot du premier livre de la Torah…6 lettres comme les
6 jours de la Création…Toutes les traductions ont rendu ce
vocable par :
« Au commencement », à l’exception d’André Chouraqui qui a
traduit bereshit par « En tête »…

D’autres façons de traduire ce mot sont possibles…au cœur du mot
se trouve 2 lettres :
אש
(aleph-shin) qui se lisent esh – le feu,
les 4 lettres restantes : 
ברית 
forment berith - Alliance... 
בריתאש  berith esh qui signifie, Alliance de feu.

Nous avions vu également dans un précédent article que nous pouvions lire
également  bara-shit qui signifie, créa 6.

Une autre lecture par décomposition est encore possible : ראשית reshit dont
le sens est : premier, principe…La lettre
ב  beith qui précède aurait dans ce cas, la
signification de : en, dans…Ce qui permet de lire, dans le Principe ou encore
en Premier

On constate que le premier élément cité est le feu, feu principe. Et ce avant la terre 
avant l’air et l’eau…Ce feu brûle au cœur du mot, il initie la Torah…

La lettre ב  beith qui ouvre le mot et en même temps la Bible ouvre également 
ברכה barakhah – bénédiction et בריאה beriah – création.Les kabbalistes
retiennent que la lettre
ב beith a la forme d’une matrice.

On peut donc dire que c’est d’elle que la Création va accoucher…La seconde
 lettre
ר reish – de rosh, la tête…lors d’un accouchement la tête sort en premier,
 Ensuite vient

א aleph, cette lettre est un silence, pour la rendre audible, elle se prononce de
façon diverses : a,é,i, o, ou…les premiers sons du nouveau né…

Puis c’est au tour de ש shin, symbole de l’esprit et de l’énergie en mouvement,
après reish-la tête…shin est l’esprit animant toutes les vies…comme les
premiers mouvements de l’enfant…les 3 branches en expansion représentent
l’âme : nefesh, rouah et neshamah. Elle est symbole de l’émotion, comme
l’émotion ressenti par le bébé qui découvre la lumière et qui crie…La lettre
י yod
vient ensuite, de yad-la main, la main tendue comme celle de l’enfant qui va
toucher sa mère, elle symbolise les sens…

Et enfin ת tav dernière lettre de bereshit, mais aussi de l’alphabet, lettre
d’aboutissement de la création …comme l’enfant sorti de sa mère.

Cette interprétation de בראשית bereshit en me servant de la naissance de
l’enfant n’engage que moi…mais la naissance du tout comme celle de l’enfant
n’est elle pas le mystère de la vie ?….

 

 

 

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 08:04

loi.jpg" Le sens littéral de l’Ecriture, c’est l’enveloppe. Et malheur à celui qui prend cette enveloppe pour l’Ecriture même ! "


                          

" C’est par dix Paroles que s’opéra l’œuvre de la Création. Et c’est par dix Paroles que la Loi fut révélée, afin de nous indiquer que le monde ne subsiste que grâce à la Loi. "

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 23:49

seraphine_pe.jpgMoïse de Léon, dans l’un de ses textes hébraïques parlant de la Torah, écrivait :

« On appelle Torah, l’Arbre de Vie…comme l’arbre se compose de rameaux et de feuilles, d’écorces, de moëlle et de racines, dont chaque élément peut être appelé partie constituante de l’arbre, sans que ces éléments soient séparés substantiellement les uns des autres, tu verras aussi que la Torah contient beaucoup d’éléments intérieurs et extérieurs, et tous forment une seule Torah et un seul arbre, sans qu’il y ait là une distinction… » (Sefer ha-Rimmon)

Il est souvent fait référence à la nature, ici pour ce kabbaliste c’est de comparer la Torah à un Arbre et la nommer Arbre de Vie, comme l’est également l’Arbre des Sephiroth…

Nous pourrions imaginer cet arbre ayant les racines ancrées dans le Principe où il puise son énergie, sa vitalité…et ses branches, son feuillage se développant dans notre monde…la partie visible ou Torah écrite avec l’interprétation littérale du texte…puis la partie cachée, la moelle, la sève ou Torah Orale et l’interprétation à ses différents niveaux…Cette écorce qui enveloppe cet arbre, les feuilles, les rameaux ne sont que le sens littéral de la Torah…les éléments extérieurs cités plus hauts…

A l’intérieur circule la sève dans le tronc, la Torah Orale, elle remonte jusque dans le feuillage, cet arbre donne des feuilles et des fruits toute l’année, comme il est dit dans Ezéchiel 47 ; 12 :

« leur feuillage ne se flétrira point, et leurs fruits n’auront point de fin, ils mûriront tous les mois, parce que les eaux sortiront du sanctuaire. Leurs fruits serviront de nourriture, et leurs feuilles de remède ». (les eaux du sanctuaire, la sagesse qui nourrit les racines).

L’Apocalypse reprend cette même notion : (22 ; 2)

« Il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations ».

Les proverbes s’en font également l’écho (3 ; 18) « Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent… »

L’importance de l’Arbre dans la mystique hébraïque est même l’occasion d’un nouvel an pour ce dernier – Rosh ha-shanna lailannot, tête de l’année pour les arbres.

 

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 18:46

CouncilofElohimS.jpgLe Principe des principes יהוה est le texte de la Torah…Tout le texte est l’explication du Principe. Les Kabbalistes disent : «  le corps du texte est l’incarnation du Principe ». Que Jean reprendra dans son Prologue sous la forme, le verbe s’est fait chair, mais cette fois-ci l’incarnation est dans un personnage…vision différente.

 Le monde secret du Principe est le monde du langage, de la Parole…Les lettres et les noms ne sont pas que des moyens de communication. Ils représentent une concentration d’énergies et expriment une plénitude de sens, qu’il est impossible de traduire complètement dans notre langage humain…

Cette énergie participe à la Création et maintient son existence…

Le Principe a créé par 10 Paroles …la Création s’équilibre aussi par 10 Paroles, celles reçues par Moïse au Sinaï…

Je parlai ci-dessus du Prologue de Jean…il reprend dans son texte cette approche : « Dans Le Principe était la Parole, et la Parole était avec Elohim, la Parole était Elohim. Toutes choses ont été faites par Elle, rien de ce qui a été fait, n’a été fait sans Elle. En Elle était la vie, et la vie était la Lumière des hommes… »(Jean1 : 1-4).

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 18:37

Lettres-Torah.jpgIl est dit que la Torah contient 70 niveaux de lecture. 70 correspond au nombre de nations supposées à l’époque biblique…Ces 70 aspects sont les secrets סוד – (sod en hébreu), que l’on peut découvrir dans chaque mot. La valeur guématrique de sod est de 70

Chaque lettre de chaque mot de la Parole Divine contient le Mystère et est Lumière de la Torah…D’ailleurs Mystère רז (raz) et Lumière אור (aor) ont même valeur 207
J’ajouterai que de la Lumière/mystère, en extraire le secret 207 – 70 = 137

 Cette valeur est celle de :   קבלה (Qabbalah) – Kabbale.

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 16:25

Arizal-20synagogue-20Safed.jpgOn ne peut parler de Kabbale sans dire quelques mots de Safed.

Safed est une ville sacrée du judaïsme. Elle se trouve à flanc de colline (altitude 838m), au N.O de la  Haute-Galilée, à environ 20 km du lac de Tibériade. Elle est redevenue aujourd’hui une ville culturelle fréquentée par les artistes. Elle a retrouvé sa vocation primordiale, en 1929 elle avait été désertée suite aux émeutes arabes…

Dans les années 1130/40, les croisés y édifièrent une forteresse qui fut démantelée en 1210 par Saladin…elle fut reconstruite par l’Ordre du Temple en 1240 aidé financièrement par l’Evêque de Marseille…Elle tomba en 1266 après un siège d’une quinzaine de jours sous les assauts du Sultan Baybars et 210px-Safedcitadelfut entièrement rasée. Il ne reste à ce jour que quelques ruines…

Dans la première moitié du 16ème siècle, Safed deviendra le refuge de nombreux juifs chassés d’Espagne par l’inquisition…Un grand centre cultuel et de rayonnement spirituel y verra le jour…l’école kabbaliste de Safed est de renommée mondiale…les Maîtres de cette mystique s’y succèderont :

Moïse Cordovero, Isaac Louria, Hayyim Vital, Moshé Hayyim Luzzatto entre autres...Shimon bar Yohaï, la Lampe Sainte (auteur présumé du Zohar) y est inhumé.

En 1563, la première imprimerie de la région fut établie et en 1578 y fut imprimé le premier ouvrage en hébreu.

Images : Synagogue de Safed en haut à gauche - ruines de la forteresse en bas à droite.

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 20:27

sholem.jpgSholem est né à Berlin le 5 décembre 1897. Durant son adolescence, il retournera à ses racines juives, malgré qu’il ait été élevé dans une famille juive non pratiquante …Il étudie l’hébreu, le Talmud…fréquentera Martin Buber.

Dès 1915, il se passionne pour la Kabbale ce qui le conduira à une thèse en 1923 sur le Sefer ha-Bahir.

En 1923, il part pour Israël…à partir de 1925, il enseigne la mystique juive à l’Université Hébraïque de Jérusalem, il en est d’ailleurs un des membres fondateurs…Il obtient une chaire de professeur en 1939…

En 1960 il devient membre de l’Académie d’Israël et en 1968 il est nommé Président de cette institution…

Il a laissé une œuvre conséquente sur la mystique juive – la Kabbale. La particularité de Sholem, il est laïque et c’est comme tel qu’il commente les textes sacrés…

Parmi ses ouvrages, le plus important est celui sur le Sabbataï Tevi, le Messie mystique qui vécut de 1626 à 1676…ce personnage parut dans toute l’Europe et même l’Orient, comme le Messie… « ?? »…

On notera également : - Les grands courants de la mystique juive  -  Les origines de la Kabbale  -  Le Nom et les symboles de Dieu dans la mystique juive   -  La Kabbale et sa symbolique…bien d’autres ouvrages sont à l’actif de ce spécialiste et historien de la pensée et de la mystique juive…Il décède en 1982

Gershom Sholem disait : "La Kabbale est une réponse aux interrogations philosophiques auxquelles la philosophie n’a pas de réponse…"

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 16:38

noces-de-qanah.jpgCette épisode contient quelque chose de très fort quant à son interprétation, mais tout d’abord, un petit rappel historique.

A l’arrivée dans le domaine public du Baptiste et de Yeshoua, il y a 4 siècles que le peuple n’a plus de guide, de prophète…En fait, depuis le rétablissement du culte par Esdras, le Grand Prêtre, et Néhémie dont leurs missions se situent après le retour de Babylone et s’étalent sur la période allant de moins 538 à moins 398…les prophètes Hagaï (Aggée) vers 520 avant notre ère et son contemporain Zekhariah (Zacharie), environ 520-518. Ils joueront un rôle essentiel auprès du peuple pour l’amener à la reconstruction du Temple sous Zeroubabel…On peut rajouter deux autres figures de cette époque, Malakhi vers 460 et Yoêl, ce dernier est une supposition, car il avait été situé dans une première datation dans les années 800 sous le règne de Yoash (Joas) roi de Juda, puis une autre approche le situait sous le règne de Yoshiyahou (Josias) 639-609, puis enfin vers 400-350 soit après la mort de Néhémie et avant le règne d’Alexandre le Grand.

L’hellénisation de la région commencera à cette époque, ce qui aura une incidence sur le comportement culturel et cultuel du peuple…La philosophie grecque fait son apparition 500 ans avant Yeshoua. Elle atteindra très vite la région qui nous intéresse. Symboliquement le manque de vin aux noces de Qanah et le vin ordinaire servit avant le bon est la projection de cette époque.

6 jarres (7-1) les 6 jours de la création avant d’aspirer au repos. Ces jarres étaient destinées aux ablutions des Yéoudim…

Pourquoi les 6 jarres représentent pour moi les 6 jours de la Création ? tout simplement parce que le premier mot de la Torah et celui du Prologue de Jean  Baereshit  בראשית peut se lire barae chit  ברא שית signifiant « Créa 6 » et de plus cette expression contient 6 lettres hébraïques…poussons un plus loin, elles contiennent 2 à 3 mesures d’eau – 2x3=6…6 jarres contenant 2 mesures donnent 12 mesures, les mêmes avec 3 mesures donnent 18…la différence entre 18 et 12 c’est encore 6…Nous constatons que tout, tourne autour du 6.

En hébreu 6 c’est aussi la lettre Vav  ו lettre de transformation (n’y a t’il pas transformation de l’eau en vin ?)…Cette lettre symbolise également l’union entre le Créateur et sa création…

Cette approche m’amène à dire, il faut vivre la création, la continuer dans le contexte purificateur de la Torah, sans que cela soit une contrainte comme on a l’habitude de le laisser entendre et aussi de le croire. Elle est avant tout, enseignement qu’il faut recevoir comme le vin des noces du Principe Créateur avec sa création, thème récurant des écrits vétérotestamentaires et que l’homme doit réaliser dans sa plénitude…

Les jarres ne contenaient que 2 ou 3 mesures…Yeshoua les fait remplir, il faut vivre et continuer cette création pleinement car elle est purificatrice pour l’homme et sa joie dans l’accomplissement.

Dans ce récit, l’auteur y associe la mère de Yeshoua,  Myriam qui signifie la goutte d’eau, mais aussi celle qui élève. La moindre goutte d’eau peut changer le cours des choses.

 L’échange de paroles entre Yeshoua et sa mère :

Myriam : « Ils n’ont plus de vin…. »

Yeshoua : « Quoi à toi, quoi à moi… » hébraïsme signifiant est ce que cela nous concerne ?….il dit ensuite : « Est-ce mon heure ?… »

Myriam : « Ce qu’il vous dira, faites-le »….

L’attitude de la mère indique qu’elle a acquit la certitude de ce qui précède, l’instinct maternel qui guide et invite à acquérir cette même certitude « ce qu’il vous dira, faites-le… » Et puis le mot Qanah, ne vient-il pas du verbe Qanoh signifiant acquérir ?…..

J’ajouterai que jarre en hébreu s’écrit  כד – Kaph et Daleth soit en valeur guématrique 20+4=24…multiplié par le nombre de jarres : 24x6= 144 (multiple et carré de 12)….144 peut interpeller ceux qui connaissent le Livre du Découvrement (Apocalypse)………(à suivre)

 

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 19:28

joyeux-hannoucaHanoukha est une fête qui s’étend sur 8 jours, elle a une double commémoration :

 

1)     la victoire des Hasmonéens sur l’envahisseur grec

2)     la purification du deuxième Temple, sa dédicace en 164 avant notre ère, après le retour du culte.

 

L’Allumage des lumières durant cette période à savoir huit, la neuvième étant le shamash, celle qui sert à allumer, symbolise le fait que les juifs se sont battus et se battent pour les valeurs spirituelles et morales, pour la propagation de la Torah qui est « Lumière » pour qu’elle l’emporte sur la ténèbre.

Cette révolte des Hasmonéens, on la trouve dans un récit qui alimente le livre des Maccabées -  מכבים, deux de ces livres sont reconnus par les catholiques, alors que les orthodoxes reconnaissent les quatre. Les juifs et les protestants ne les retiennent pas.

Seul Hanoukha rappelle la révolte des Maccabées et la purification du Temple dans la tradition rabbinique. D’ailleurs ce n’es pas une fête biblique mais rabbinique.

Elle n’est pas mentionnée dans le Tanakh (Bible).

Ce vocable procède de la racine Hanakh – חוכ signifiant inaugurer que l’on retrouve pour la dédicace du Temple de Salomon dans le Livre des Rois. Aussi pour la consécration d’une maison – Hanouk ha-Bayit -  dans le Livre du Deutéronome

Hénoch  חנוכ    provient également de cette racine, il fut l’édificateur et inaugura une ville.

On retrouve également cette notion dans le mot éducation – Hinoukh -  חנוך

 

Pour cette année 2009 Hanoukha se fête du 12 au 19 décembre et bonnes fêtes à tous nos amis juifs…que ce soient des journées de bonheur et de joie et d’espoir de Paix.  שׁלם

 

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article

Présentation

  • : La kabbale du Goï
  • La kabbale du Goï
  • : Une passion, une recherche : la Kabbale et une approche de nos Textes Fondateurs
  • Contact

Recherche