Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 20:25

 

 

Carlo SuarèsNé à Alexandrie le 12 mai 1892, il est décédé à Paris le 16 juillet 1976 Écrivain - Peintre - Kabbaliste.Étudiant à l’école des Beaux Arts de Paris dès 1910, il interrompt ses études suite à la maladie et à la guerre.Puis en 1920, il obtient son diplôme d’architecte.Il commence à publier en publiant à Alexandrie, la revue « Messages d’Orient » (1926)Il s’attache à la réflexion philosophique et religieuse et entreprend l’étude des textes sacrés de la Kabbale.

 

 

Quelques œuvres :

La critique de la raison impure ……………………………………….....1955

Lettres aux Juifs, aux Chrétiens et aux Musulmans……….1957

La Kabbale des Kabbales……………………………………. ………………  1962

La Bible restituée………………………………………...................1967

La trilogie sur la Genèse, le Cantique des cantiques

 et  lSepherYetsirah………………………………………................1968/69

 

D’autres écrits sont à son actif.

 

Extrait de la lettre aux Juifs, aux Chrétiens et aux Musulmans.

 

 

« Je vois un peu partout des hommes de bonne intention rechercher dans les livres de Moïse, dans les Evangiles, dans le Koran, des raisons de penser que leur religion a des fondements universels. Cela est vrai à condition que l’universel ne soit pas surchargé de particularités. Mais la compétence de vos autorités s’exerce sur tout ce qui vous distingue les uns les autres Je vous prie de considérer les curieuses pratiques auxquelles vous vous livrez, et de reconnaître que loin d’ouvrir vos oreilles à la Voix du Dieu d’Abraham, elles vous ont rendus sourds. »

 

 

 

(Est-il besoin d’un quelconque commentaire, simplement à chacun de méditer ces quelques lignes…)

 

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 18:54

« L’enseignement véritable n’est pas une accumulation de savoir : c’est un éveil de conscience qui exige des étapes successives ; chaque étape consiste à découvrir la clè de la porte suivante ».  (Schwaller de Lubicz tiré de son ouvrage Her bac pois chiche)

 

Quiconque empruntant un chemin initiatique doit être conscient de cette cle-copie-1.jpgréflexion de Schwaller . Il ne s’agit pas d’accumuler du savoir pour le savoir.

L’étude livresque est bien sûr un apport, mais celui-ci, n’est que la vision des différents auteurs, leurs analyses parfois très techniques.

C’est avec le cœur, son Être intérieur qu’il faut cheminer à sa mesure. Le livre ne fera pas brûler les étapes. Il faut vivre, découvrir par soi-même notre parcours afin de donner un sens au sens (comme disent les Kabbalistes).

La vision de l’autre n’est pas nécessairement la notre. Chaque individu est différent, chacun à son histoire, son passé, ses doutes, ses questionnements…Nous n’attendons donc pas tous les mêmes réponses, nous ne recherchons pas tous les mêmes matériaux pour nous construire.

L’homme n’a pas été réalisé dans un moule standardisé, que ce soit physique ou mental et fort heureusement, sinon cela nous conduirait à l’inévitable et dommageable « pensée unique ».

On a tous reçu un trousseau de clés…il nous faut au fur et à mesure que l’on avance trouver la bonne clé pour ouvrir les portes qui se présentent…

Ces portes sont nos propres portes et les clés, notre conscience qu’il faut éveiller, afin d’aller au fond de nous même, descendre marche par marche au plus profond de cette caverne qui est notre moi intérieur pour y trouver la petite étincelle, cette petite lumière cachée, la seule qui pourra éclairer notre chemin et rendre visible à notre esprit ces portes à ouvrir.

En hébreu, la porte c’est la lettre Daleth -ד  l’ouverture qui rend la Parole créatrice et permet l’action individuelle, la concentration de la pensée et de la volonté. Elle invite à prendre possession de soi-même.

Mais attention, si nous glissons dans la serrure une clé qui n’est pas la bonne et que celle-ci reste prisonnière de la serrure alors il se passe le phénomène suivant :

La lettre Vav - ו  est une clé de par sa forme, glissée dans la porte Daleth - דלת et que celle-ci reste emprisonnée dans la porte sans pouvoir l’ouvrir, nous obtenons le mot dalouth - דלות    qui signifie pauvreté.

Ce qui nous indique et nous confirme les difficultés d’un chemin dit initiatique, cet enseignement ne peut être véritable que s’il est vécu en conscience.

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 06:54

En psychologie, logos a donné logorrhée, qui est une forme de bavardage intarissable, un flot de paroles plus ou moins cohérentes, une certaine fuite des idées dans le cadre d’ivresse ou alcoolisme...

On peut constater que nous ne sommes pas dans le même concept que le vocable hébreu Lettres TorahDavar דבר

La Parole dans la mystique hébraïque est liée à la lettre Pé פּ qui est la bouche, c’est de la bouche que sort la Parole…

Elle représente la parole qui est à l’intérieur avant de devenir son, les kabbalistes la nomment " la voix de Jacob ". Elle symbolise à la fois le silence et la parole.

Toute Parole est précédée du Silence, voilà qui nous interpelle ! Une autre chose très particulière qui nous intéresse c’est que le mot Davar est la racine de Déborah qui signifie en hébreu " l’abeille " mais aussi " La Parole du Principe, du Divin " qui est comparée à du miel. Davar a donné Débir, "lieu de la Parole".

Davar a donné également le verbe " dibber " qui signifie parler.

Un autre mot en Hébreu se rapporte à la Parole, au Dire…c’est le mot "Omer" אמר

Quelle différence entre les deux ?…

Le premier Davar…est la Parole, le dire organisateur…Le second Omer est la Parole, le dire créatif.

Les rituels s’organisent autour de l’échange de Paroles entre divers protagonistes, si cela est vécu spirituellement dans la vibration et l’énergie des mots, alors c’est aussi Parole créatrice…

Créatrice d’un espace sacré, d’un espace hors du temps et créatrice de l’égrégore.

Les textes fondateurs nous rapportent que le monde fut créé par le ballet des lettres de l’alphabet devant le Principe des principes…que l’homme fut invité à nommer les choses pour qu’elles aient une existence…

Nous constatons que nous sommes des porteurs de Parole, ces mots, ces paroles construit à partir de l’alphabet, ce qui faisait dire à Victor Hugo : je cite

"La société humaine, le monde, l’homme tout entier est dans l’alphabet…l’alphabet est une source " . (fin de citation)

Mais attention la Parole si elle est organisatrice, créatrice…Elle peut aussi être destructrice, l’exemple de l’allégorie de la Tour de Babel le reflète à merveille.

Soyons nous Francs Maçons porteur de la Parole organisatrice, créatrice…mesurée pour le partage et en conclusion :

Je me permettrai un leitmotiv que bien des maçons devraient retenir concernant la Parole :

"A trop de paroles…paroles perdues…Parole juste, Parole retrouvée ! "

 

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 09:02

De toute la Création, seul l’être humain est doté de la Parole…

   

Le commentateur Rachi a dit :

" L’homme a reçu la connaissance, l’émotion et la Parole. L’essentiel de l’homme est là : il est capable d’émotion et de parole ".

Qu’est-ce geneseque la Parole ?…

 

Pour être simple, on pourrait dire la capacité à émettre des sons…mais les animaux ont cette capacité…se comprennent ils entre eux ?…probablement !…

Ce qui voudrait dire que les sons, sont vibrations aidant à la communication et que chez l’homme, ceux-ci sont nommés Paroles… ?…

La capacité de la Parole a permis le langage…grande aventure humaine !…Elle a également permis l’expression de la pensée, d’exprimer la vision…bien que pour Spinoza :

"Une chose soit connue intellectuellement que lorsqu’elle est perçue par la pensée pure en dehors des paroles et des images "…

Quant à Descartes de dire :

"Nous attachons nos pensées à des paroles qui ne les expriment pas exactement …"

Il est évident que ces deux visions philosophiques vis à vis de la Parole sont difficilement contestables…Et pourtant l’homme se définit par le langage, ce dernier construit par la Parole…tout homme parle, mais il ne s’agit pas d’un acte spontané. Un apprentissage prolongé est nécessaire pour que l’individu dispose d’un vocabulaire suffisant lui permettant de s’exprimer…"

  

Je reprendrai ici, une pensée de Benjamin Gross :

"Parce que la Parole parle, c’est à dire contient plus que ce qu’elle dit et qu’elle n’englobe pas tout l’être, il reste toujours une extériorité qui échappe. Parce qu’elle n’est pas essentiellement un simple instrument de communication, mais une force de vie en déploiement vers le monde, la parole donne toujours naissance à une autre parole, dans une incessante reprise ". (fin de citation)

 

Apprendre une chose importante, de ne pas parler plus que nécessaire…La Parole superflue est celle qui tente de donner une réponse à une question à laquelle il est impossible d’apporter une réponse…

La Parole doit être créatrice…

Elle est d’ailleurs présentée comme telle dans l’allégorie de la Création…le Principe a réalisé celle-ci par "10 paroles…"

Plus tard, il donnera des directives pour " le vivre ensemble " au travers des 10 Paroles gravées sur des tables de pierre confiées à Moshe (Moïse)…

Des tables de pierre…pourquoi de pierre ?…en hébreu pierre se dit " even " ce vocable est composé de " av " père et de "ben " fils… pour que ces 10 paroles circulent de père en fils…la transmission, la tradition…le concept du je reçois…je donne, je transmet !…

C’est par la Parole que le Principe se manifeste.

Concept repris par Jean dans son Prologue : "Au commencement était la Parole… ". D’autres traductions reprennent : "Au commencement était le Verbe … "

Verbe ou Parole étant la traduction par les auteurs, du Logos grec.

En hébreu, le mot Parole est Davarדבר mais en dehors de cette signification, il a un éventail plus large, il peut désigner " Une affaire dont on parle " ou encore " l’ensemble des actes d’une personne ", elle peut évoquer " des évènements "

דבר signifie également la chose…

Alors que le terme repris en grec Logos c’est la Parole en tant que discours, discours parlé ou sous forme de texte…donc beaucoup plus limité.

Logos dans la définition théologique catholique identifie" le verbe" à la 2ème personne de la Trinité…voir aussi la 3ème ce qu’ils nomment le St Esprit.

J’avoue un peu de confusion dans cette approche…!

 

 

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 11:04

Le Kabbaliste Rabi Abiu Halevi est l’auteur du Principe Kabbalistique suivant :

 

« Si l’on presse l’heure et qu’on veuille aller au-devant du temps, on sera refoulé en arrière. »image du soleil

  

Ne sommes nous pas interpelés  par cette citation ?...

Nous qui courrons sans cesse après le temps, qui anticipons certains évènements bien avant leurs dates…

Exemple : à peine la rentrée de septembre, tout se projette déjà sur noël, pour ensuite s’installer dans les fêtes de Pâques et ainsi de suite…

Les saisons ne sont pas terminées que déjà le monde du commerce propose les soldes…

 Nous vivons dans un monde pressé…Ne dit-on pas que le temps c’est de l’argent ?...

Tout est dans le « paraître »…au détriment de « l’Être »…

Savons nous vivre « l’Ici et Maintenant » ?...

 En hébreu  זמן c’est le temps, ce trilitère se retrouve dans le vocable  תזמן qui signifie calendrier, écoulement du temps. La lettre tav  ת dernière lettre de l’alphabet exprime une idée de globalité, de totalité…rajoutée aux lettres qui forment le vocable temps, nous signifie que le calendrier est l’ensemble du temps qui réalise une année.

להבין signifie comprendre même guematria que זמן – le temps, soit (97).

Ces deux mots sont en harmonie par leur énergie vibratoire…Mais comprendre le temps

Faudrait-il être en phase avec celui-ci, respecter son rythme !...vouloir le dépasser, c’est être tôt ou tard dépasser soi-même…

Qui n’a jamais entendu ou dit « je suis débordé ! »…

 

Cet avertissement de Abiu Halevi a une résonnance très actuelle.

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 14:56

arc-en-ciel-3.jpg

 

Après l’épisode du déluge, l’Eternel demande à Noé de sortir de l’Arche et conclut une Alliance avec lui :

« De ne plus jamais détruire la terre par l’eau… » et alors de finaliser  une Alliance :

« Je mets mon arc dans les nuées, pour qu’il soit le signe de  l’Alliance entre moi et la terre… »

Arc en hébreu se dit Kechet  קשת (Qof – Shin – Tav). Ce mot signifie également Arc en ciel.

Deux interprétations peuvent ressortir de ce passage. Si nous lisons « Arc en ciel »… il peut être le symbole du sceau de cette Alliance entre ciel et terre, ce pacte qui conclut que la terre ne subira plus la désolation par l’eau…

 

Si nous lisons ce passage avec « Arc »…alors on peut penser que le pacte, si, il est que la terre ne sera plus désolée, néanmoins l’Eternel se réserve le droit d’envoyer des flèches de Paroles afin de rappeler ses créatures sur le bon chemin…

Car il est écrit : « Quand je verrai l’Arc dans la nuée, j’aurai en mémoire le pacte éternel entre Elohim et tout être vivant… ».

 

Ce pacte n’est pas à sens unique, il est entre le Principe (Elohim) et tout être vivant…

La raison du déluge était qu’une humanité corrompue et violente régnait sur terre…Seul Noé était « juste », en hébreu moderne son nom signifie « calme, serein »

 

La valeur de  Kechet  קשת est 800…il y a dans le 8 un symbole de résurrection et d’éternité future…Dans ce pacte, il y a bien résurrection d’une humanité appelée a être meilleure, ainsi que la pérennité de l’Alliance.

Il ne s’agit pas dans ce texte, comme je l’ai dit pour les articles de l’Arche de Noé, d' un reportage historique…Ce sont des allégories chargées de symboles dans le but d’interpeller le lecteur aux fins d’une réflexion personnelle, voir collective sur un sens à donner à l’homme et la société…

 

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 17:56

       Flamme.gif Le Feu,  אשׁ Esh en hébreu est présent dès la Création, il y participe...

Nous l'avions abordé dans un article précédent intitulé Baereshith בארשית qui peut se lire par Baerith בארית -Alliance et Esh אש - le feu

"Alliance du feu" et rappelons le, il s'agit du premier vocable de la bible traduit en général par "au commencement".

Dans ce cas, nous pouvons lire alors" l'Alliance du feu créa"...

Dans le mot Esh - אש - c'est la lettre Shin  ש qui est symbole du feu, on la retrouve dans שמש - shemesh - le soleil qui peut se lire également שמ shem, le nom et אש  le feu - le nom du feu. L'homme יש ish est porteur du feu...ce mot signifie également "il est" et le feminin ישא la femme qui signifie aussi "volonté". Nous dirons pour Être, il faut de la Volonté et celle-ci n'est elle pas notre Feu intérieur ?...

 

voir articles en rapport ; Baereshit et le Tétragramme dans le cercle...

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 10:29

Il semblerait que Noé n’ai pas construit cette structure d’une façon improvisée et même si l’on peut considérer cet épisode comme une allégorie, il y a un sens a donné au texte.arche-copie-1.jpg

Nous savons que chaque lettre hébraïque représente une valeur :

Aleph = 1…..Beith = 2  etc…

 Pour la construction de cette Arche (teva en hébreu), on peut imaginer qu’il se soit servi du Tetragramme   יהוה

 Prenons les deux premières lettres   יה  soit Yod, Hé…Yod = 10 et Hé = 5…en multipliant j’obtiens 10 x 5 = 50

50 étant la dimension en largeur de l’arche

Continuons,  ce résultat nous le multiplions par la valeur de la lettre Vav  ו qui est 6

50     x 6 = 300    qui est la longueur de cette construction

 Pour terminer, prenons les deux dernières lettres à savoir  וה

Vav = 6 et Hé = 5      nous les multiplions  6 x 5 = 30

30 nous donne la hauteur

 

Serait ce à dire que les dimensions de cette Téva étaient basées sur une géométrie que l’on qualifierait de sacrée ?….

 

 N’oublions pas que le Tétragramme qui a servi pour ce calcul, a lui même une particularité de par sa valeur 26…C’est le seul nombre qui se trouve entre un carré 25 et un cube 27…(une surface, un volume) un changement de dimension…la construction de l’arche ne reflète  t’elle pas aussi un changement de dimension pour Noé, sa famille et les animaux sélectionnés…L’Arche ouvrait les portes d’une nouvelle humanité.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 14:04

le-cercle.jpgInscrire le Tétragramme יהוה autour d'un cercle, c'est également constater  qu'il peut se lire dans le sens des aiguilles d'une montre et aussi dans le sens inverse.

Le cercle symbole du cycle des évènements, on part du Yod י pour y revenir après avoir parcouru le cercle Soit 360 °.

360 est la valeur développée de la lettre Shin ש qui s'écrit Shin-Yod-Noun שינ .

Le symbolisme de cette lettre est le mouvement de l'élément Feu אש

Aleph -Shin - Esh, en hébreu. Elle représente les forces actives et centrifuges de l'Univers et le mouvement de ce qui existe. Elle est le symbole également de l'Alliance du Créateur et de la création. L'élément feu et l'Alliance  nous ramène au premier mot de la Bible --בראשית - Bereshit (voir un des articles précédents) vocable dans lequel la lettre Shin --ש se trouve imbriquée. Et rappelons que Bereshit se décline en

ברית -- Berith, Alliance et אש --  Esh, Feu.

Dans les anciennes traditions la valeur 360 représentait le cycle de l'année et l'on peut constater que ה - שנה , Ha-Shana (l'année) a pour une valeur 360.

 Shin  initie le mot Shaddai - שדי - qui est un des noms du Principe ayant pour signification entre autre Suprême, mais aussi seins - Le sein maternel qui nourrit. La valeur de Shaddaï est 314 nombre composant la valeur approchée de Pi (rapport du cercle). Pour Obtenir 3,14 - il faut diviser par 100 soit la valeur de la Lettre Qôf  ק provenant de Qouf qui exprime un déplacement circulaire, une giration. Nous retrouvons cette lettre Qôf  ק dans la construction du mot Haqafah -- הקפה qui est un cycle, une révolution planétaire.

 

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 17:30

Les docteurs ha-maqom.jpgde l’Ecriture ont nommé Le Principe « Le Lieu » en hébreu –
ha-maqom -
ה-מקום - pour connoter l’idée d’omniprésence et aussi sa proximité à l’homme qu’il se trouve.

André Chouraqui disait : " c’est l’un des noms les plus magnifiques de Dieu, le plus concret. C’est le lieu d’une rencontre entre la personne et le lieu, le Créateur du lieu et qui le remplit ".

Pour que cette rencontre soit évidente, il faut que l’homme ait la conscience permanente de la rencontre, donc du lieu et de ce fait du Principe Créateur.

Cette conscience permanente s’appelle Foi au sens noble du terme.

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article

Présentation

  • : La kabbale du Goï
  • La kabbale du Goï
  • : Une passion, une recherche : la Kabbale et une approche de nos Textes Fondateurs
  • Contact

Recherche