Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 17:44

" Il n’y a pas d’homme juste sur la terre, qui fasse le bien sans jamais faillir ".

(Ecclésiaste 7 :21)

 

Ce qui nous rappelle que la perfection n’est pas de ce monde. Cependant l’homme est perfectible…le chemin n’est pas facile, semé d’embûches…jalonné de tentations en tout genre. La difficulté est de maîtriser nos réactions vis à vis de cela…

Qui peut se vanter de ne pas faillir ?…

Et puis, l’homme serait-il homme, s’il en était autrement, face à ses doutes, à ses questionnements ?…S’il est "l’homme du chemin", l’important n’est pas ce qu’il y a au bout de celui-ci, mais le chemin lui-même…

Nous pouvons paraître juste pour les uns et ne pas l’être pour les autres. Nous ne sommes pas maîtres des appréciations…

Maître de soi peut-être et je dis bien peut-être…mais jamais des autres, et vouloir l’être c’est aussi cela faillir. Le respect des autres et de soi-même voilà le leitmotiv principal de l’homme en chemin

Repost 0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 06:21

De Rabbi Halevi : « Si l’on presse l’heure et qu’on veuille aller au-devant du temps, on sera refoulé en arrière ».  

De Rabbi Siméon : « Ce n’est point l’action qui vaut à l’homme une récompense, mais l’intention qui l’a déterminé ».  

De Rabbi Abba : « La méchanceté du cœur est le pire des vices. Car elle se répand dans tous les membres du corps ».  

De Rabbi Siméon : « Le sens littéral de l’Ecriture, c’est l’enveloppe. Et malheur à celui qui prend cette enveloppe pour l’Ecriture même ».

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 14:14

La Shekhina est le principe féminin du Divin en exil de celui-ci, dont l’origine en est le but manqué de l’humanité.

Désignée par Reine et Epouse, cette partie féminine  sert d’intermédiaire au monde d’en haut avec le monde d’en bas et inversement.

La Kabbale qualifie la Shekhina comme médiatrice entre ciel et terre, présence du Principe divin dans le monde. Le vocable shekhina שכינה est issu du verbe shakhan qui a le sens d’habiter, de résider ou encore d’être présent dans un endroit.  

Cette approche n’est pas à confondre, bien que la tentation puisse l’être pour certains, avec le principe des chrétiens catholiques, vis à vis de Marie ayant conçu un Fils de façon miraculeuse et qui est à la fois épouse et mère de Dieu par le dit miracle et aussi retenue comme médiatrice des croyants.

La Shekhina c’est la féminité du Divin qui doit retrouver la complétude avec son masculin, afin que l’Unité du Tout se réalise et qu’adviennent ce que les textes nomment les Temps Messianiques.

Le divorce du féminin et du masculin a pour origine le but manqué du couple allégorique Adam et Eve, qui après avoir consommé de l’Arbre de la Connaissance firent naître des antagonismes (la tradition a repris le concept de dualité du bien et du mal).

" Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient nus, ils se firent des pagnes à l’aide de feuilles de figuiers… " Gen 3. 7

Cette nudité corporelle est la projection d’une nudité également spirituelle. Ils cachent leur différence car celle ci devient gênante.

Le Principe Divin les revêtira de tuniques de peau...

Peau en hébreu a la même vocalisation que Lumière – Aor…

אור la Lumière         עור la peau   - seule le lettre initiale est différente.

Certains kabbalistes parlent de ce fait de tuniques de Lumière…la Lumière étant également la Shekhina cette présence qui va habiller notre couple…et leur but va être de retrouver leur complétude originelle au travers de celle-ci par un long parcours initiatique qui s’ouvre devant eux, que la Kabbale nomme le tiqqoun (réparation).

Cette unité retrouvée qui a pour base le Un – la lettre Aleph qui est le socle de cette Unité et qui initie le vocable Lumière אור et qui, nous l’avons vu dans l’article la concernant, comporte dans son graphisme : un vav et deux yod…à savoir les valeurs 6 et 2 fois 10, soit 26…valeur du Tétragramme…la complétude féminin masculin sera retrouvée dans le Nom ineffable…

Qui peut être confortée à mon sens par la lettre Ayin  ע initiale du vocable peau en hébreu  et qui je le rappelle est l’œil, la source que l’on peut interpréter comme un retour à la vision de notre source originelle…

La prière du Shema Israël est une invocation à cette Unité…

 

 

 
Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 15:31

Salomon fut le 3ème Roi d’Israël, Il succèda à son père David et son règne dura de 970 à 931 avant notre ère, une autre datation indique de 968 à 928, tout cela est bien sûr approximatif. Il est dit que ce règne dura 40 ans, 40 étant un nombre souvent repris dans les écrits et d’indiquer que ce fut une période de Paix, de Prospérité et d’Abondance.

Son père avait projeté la construction d’un Temple dédié à la Divinité, c’est lui, Shelomoh’ (Salomon) qui entreprendra l’édification de cette splendeur qui se réalisera en sept ans et demi.

Cet aspect merveilleux du Temple sera repris comme projection de l’image du Temple intérieur de l’homme par les Francs Maçons et la "Sagesse du Roi Salomon "comme référence.

En effet, Salomon se révèlera d’une grande Sagesse, d’une intelligence émotionnelle. Cela se traduira par cette construction et celles de Palais annexes, mais aussi par l’instauration de la Justice et de l’Equité. L’aspect de celles-ci étant relaté par ce qu’il est coutume d’appeler " Le Jugement de Salomon " rapportant la légende de deux femmes se présentant devant lui, une accusant l’autre de lui avoir volé son enfant pour remplacer le sien, mort dans la nuit.

Devant ce conflit, Salomon proposa de couper l’enfant en deux à l’aide d’une épée, ce qui lui permit, par leur réaction, de découvrir qui était la vraie mère de ce nouveau né. (1 Roi, 16-28).

Cette réputation de Grand Sage attirera la curiosité de la reine de Saba qui lui rendra visite pour lui poser quelques énigmes auxquelles il répondra avec toute sa Sagesse légendaire.

On lui attribut des écrits hautement philosophiques et emprunts de cette Sagesse qui le caractérisait. Une certaine critique soulevée par nombre de rabbins pense que ces textes proviennent d’autres sources.

Il serait l’auteur donc sous toutes réserves : de l’Ecclésiaste, des Proverbes, du Qohélet et du Cantique des cantiques.

Puis le temps passant, et que peut être trop de Sagesse nuit à la Sagesse, pensant être protégé par celle-ci et à l’abri de toutes déchéances. Salomon transgressera les lois…Il épousera plus que les dix huit femmes autorisées à un Roi, amassera des richesses, de l’or, de l’argent …possédera trop de chevaux…

Il en fût tout autrement, les constructions, les dépenses somptuaires de la cour entraîneront une augmentation excessive des impôts, il en résultera un soulèvement conduit par Jeroboam, ce schisme conduira à la division du Royaume en deux, une gouvernée par son fils Roboam peu expérimenté et l’autre le royaume du nord composé de dix tribus qui aura à sa tête et reconnu comme roi Jéroboam.

La fin du roi Salomon ne fut pas très brillante sa Sagesse légendaire l’ayant abandonnée ou tout simplement ne l’avait-il pas laissé lui-même se perdre pour privilégier un paraître plus matériel que spirituel ?...

 

 

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 09:12

Né à Saragosse en 1240…on ne connaît pas la date exact de sa mort(probablement 1291). Il passe sa jeunesse à Tudela (Navarre) où ses parents s’étaient installés. Il y étudie la Bible et ses commentaires, ainsi que le Talmud. Il étudie également la philosophie et particulièrement Maïmonide dont il gardera l’influence de sa pensée, Il écrira même un commentaire sur le Guides des Egarés de celui-ci.

En 1280, il entreprend un voyage à Rome, décidé à rencontrer le Pape Nicolas III pour intercéder en faveur des Juifs vivant en Europe et de soulager leurs conditions de vie. Il désirait également convertir le Pape. Informé du projet, celui-ci ordonne son arrestation et sa mise à mort…mais Nicolas III succombe d’une crise d’apoplexie ce qui laissera la vie sauve à Abraham Aboulafia…il sera jeté en prison par l’inquisition et relâché quelques temps plus tard.

Il sera convaincu par la méditation d’avoir atteint l’état de Messie…à cause de cela, il sera obligé de retourner en Espagne, il y subira même la persécution d’un rabbin et s’exilera sur une petite île près de Malte à Comino entre 1285 et 1288, où il rédigera un de ses ouvrages.

 Très controversé à son époque, il reste l’un des plus grands Kabbalistes de l’histoire de la Kabbale et son enseignement reste encore très influent aujourd’hui.

 

Sa pensée :

Il développera une méthode de méditation à travers les lettres de l’alphabet hébreu et leur graphisme ainsi qu’une contemplation mystique sur le Nom du Principe des principes. Il s’attachera à promouvoir ce qu’il appellera Hokhma ha-tserouf science de la méditation par la combinaison des lettres – guide méthodique menant à l’union mystique à Dieu. Il y adjoindra également des exercices de respiration et des postures spécifiques.

La Kabbale d’Aboulafia est une Kabbale pratique par la Voie de l’intériorité mettant l’homme en contact avec Dieu et avec lui même.

 

Quelques ouvrages :

- La vie du monde à venir – Divorce des Noms – La Lumière de l’intellect – Livre des Belles Paroles – l’Epître des sept voies – le Livre du Signe – Livre des belles Paroles

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 08:50

Nous voici à la 22ème et dernière lettre de l’alphabet…la boucle est presque bouclée…


Cette lettre représente la globalité…la création aboutit…elle résume le tout…la perfection de la création.

Tav vient de la racine Tavah qui signifie : marquer, désigner, dessiner.

  Tav  termine le mot émeth = vérité אמת formé lui même par la première lettre de l’alphabet Aleph א  autour du Mem  מ placé au centre de l’alphabet. Toutes les vibrations de l’alphabet se trouve dans ce émeth.

La mort qui se dit מוֹת möt ou encore מות mawet, suivant les passages bibliques est formée dans les deux cas des mêmes lettres – mem, vav, tav  à nouveau le Tav termine ce mot.
Dans la notion symbolique d’aboutissement que représente Tav – émeth  אמת la vérité est l’aboutissement d’une recherche…

Quant à  מוֹת möt ou  מות mawet – la mort n’est t’elle pas l’aboutissement d’une vie ?…

Tav est aussi l’aboutissement de l’alphabet, le bout du chemin au travers de chacune des lettres.

 Tav initie le mot  תוֹרה Torah – enseignement des lois. Les trois premières lettres du mot, toujours conduite par Tav écrivent  תוּר tür – qui signifie explorer, examiner, rechercher…explorer la torah n’est ce pas aussi pour aller vers un aboutissement de soi-même par la spiritualité, le souffle spirituel représenté par la lettre  ה qui termine le mot torah, mais en réalité sans le fermer définitivement, puisque cette lettre est aussi la fenêtre, on peut dire que l’enseignement de la Torah n’est pas quelque chose de figé, d’aboutit qu’il y a toujours une ouverture à explorer, que l’examen, la recherche peut mener encore plus loin…d’ailleurs n’est il pas dit que la Torah se lit sur 77 plans ?…

77 qui peut se développer en 70 + 7 et se lire de la façon suivante :

 70 c’est la valeur de Ayin -  ע – l’œil qui scrute, qui explore, qui examine..

7 c’est la valeur de  ז qui est l’arme, le poignard qui peut transpercé notre mental, mais c’est aussi la clé qui ouvre ce qui est stérile…(voir l’article sur cette lettre)

 La valeur guématrique de Tav est 400 même valeur que   שכלים – shékelim qui signifie "les consciences "…
Tav serait le rassemblement, la croisée, la multiplication des consciences…l’idéogramme d’origine était une croix…non pas la croix symbole chrétien. Mais plutôt dans sa forme, celle qui nous a donné la lettre X et notre signe multiplicateur .

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 12:39

Après s’être imprégné de l’ici et maintenant, d’être dans l’action réfléchie…l’homme doucement éveille sa conscience et s’émerveille des choses du monde qui l’entourent, et aussi de par l’étonnement qui peut être le sien, se retrouver dans le questionnement .

L’homme par lui-même n’est-il pas une question ?… אדם Adam – l’homme a pour valeur 45, identique à   מה mah signifiant quoi…

D’ailleurs les Kabbalistes découpent le vocable Hokhma en deux mots et par le ballet des lettres obtiennent koah’  כח la Force et mah מה quoi …ce qui se lit "la force du quoi". La Sagesse serait La Force du questionnement. Le questionnement sur tout ce qui nous entoure sans exception : l’homme, les autres, la nature, nous mêmes etc……

Par le questionnement, on évite l’enfermement dans les habitudes de pensées, de convictions, d’idées reçues, de dogmes et autres façons de se figer…le questionnement est une libération et la possibilité d’avancer car une expression kabbaliste dit : On ne naît pas homme on le devient.

Hokhma la Sagesse c’est aussi être à l’écoute, ouvert aux autres…Rachi dans ses commentaires parlait de la dimension d’écoute et d’ouverture.

Le questionnement c’est chercher un sens, s’ouvrir pour avancer, au lieu de se contenter de réponses toutes faites qui immobilisent et enferment dans un système stéréotypé ou l’homme n’est plus qu’un animal au milieu du troupeau.

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 07:44

Nous abordons la 21ème et avant dernière lettre de l’alphabet hébreu. Cette lettre symbolise l’énergie, l’action, la force en mouvement. Sa valeur pleine 360 à savoir : (shin s’écrit avec lettres suivantes)

 

Shin                    Yod               Noun

ש = 300              י = 10                נ = 50

 

Cette valeur de 360 nous renvoie à la valeur en degré du cercle, donnant à cette énergie en mouvement un caractère de force centrifuge.

Nous l’avions vu dans l’analyse de la lettre précédente (Reish) – la lettre Shin participe à l’écriture du mot feu en hébreu qui est Esh et qui se compose de :  Aleph et Shin    אש    - De ce fait elle représente la dynamique de l’élément Feu.

 Nous retrouvons cette lettre dont elle est l’initiale, dans l’un des Noms du Principe des principes…Shadday…….שדי qui développe la valeur de 314 soit celle approchée de Pi  - rapport du cercle…renforçant les 360 degrés vu précédemment.

 Shin ouvre la prière….Shema Israël…..Ecoute Israël

 Nous parlions de la dynamique de l’élément Feu, la lettre Shin s‘inscrit dans le mot soleil, et de plus, elle ouvre et ferme ce vocable : Shin-Mem-Shin – שמש

Shemesh  qui peut se lire Shem (le nom) du Esh (feu).

 Elle est au cœur de Moïse…en son centre  Moshe  משה  - Il est celui qui eu la force de conduire le peuple vers une autre destinée…Il est celui qui demandera au Principe des principes son Nom – HaShem   השמ qui est le mot Moïse inversé…Moïse est le miroir, le reflet du Nom, la guematria de ces deux mots est de 345 -  

3       -  4  -  5  étant le rapport qui permet de tracer un angle droit, symbole de droiture, de rectitude. L’angle droit étant de 90° - 90 la valeur de la lettre

Tsadé צ qui ouvre le mot Tsadiq (juste) – צדיק
Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 09:23


Reish   ריש vient de Rosh   ראש qui signifie, la tête ou le commencement.
Dans la lettre précédente Qof, il y avait une notion de chas d’aiguille…C’est avec humilité qu’il faut pouvoir traverser celui-ci pour atteindre le sommet que représente Reish, le chas de l’aiguille ne laissant passer que l’essentiel .

La courbure de cette lettre indique un changement de direction proposant un choix entre élévation ou dégradation.

Reish –la tête- représente le siège de la pensée, de l’intellect, de l’énergie mentale.

Par sa valeur 200, il se trouve dans la même lignée que Beith de valeur 2 – la maison – et de Kaphde valeur 20 – la paume de la main – à ce titre il est aussi comme celles-ci symbole de réceptivité, il en est le principe.

Nous retrouvons d’ailleurs la lettre Reish dans le premier mot de la Bible :

BeReishit  בּראשית – dont l’une des significations est "dans le Principe"

 

Dans ראש la tête, les deux dernières lettres אש aleph et shin – permettent d’écrire  eish le feu. Si les pieds de l’homme sont liés à la terre, sa tête est le principe feu.

D’ailleurs ceci se confirme également par la rencontre dans le mot Reish  des lettres Aleph et Reish…celles-ci se retrouve dans le mot Aur réunies par la lettre vav qui est conjonction de coordination, qui unit les choses entre elles אור   Aur qui est la lumière.

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 08:27

Né en 1248 à Médinacelli, il vécut longtemps à Ségovie. Il se tourne vers la Kabbale qu’il étudia avec Abraham Aboulafia dont il fut le meilleur élève.

Il ne prendra pas la plume pour faire œuvre littéraire. Il obéit à une motivation, une invitation intérieure qu’il identifie de source divine, lui demandant d’écrire les secrets de la Torah, afin d’interpeller ses contemporains englués dans la philosophie qui les détourne des chemins de la foi. Il écrira d’ailleurs des textes de réconciliation entre la philosophie et la Kabbale.

Ecrivain doué de son temps, auteur de nombreux ouvrages et opuscules consacrés à la Kabbale,Joseph Gikatila,écrira également un commentaire philosophique du "Guide des Egarés" de Maïmonide et un commentaire du "Cantique des cantiques."

Il est l’auteur entre autre du
-"Secret du mariage de David et Bethsabee" : qui traite du secret de la constitution des couples et du mariage…

-"Les Portes de la Lumière" : ouvrage où il fait le lien ente les écrits de la Bible et les Noms Divins.

-"Les Portes de la Justice"  cet ouvrage est rédigé dans l’esprit de la Kabbale théosophique.

Il est aussi l’auteur de poèmes mystiques…

Il reste un des plus grands Kabbalistes de 13ème Siècle, il mourut en 1325.

Repost 0
Published by alain - dans kabbale
commenter cet article

Présentation

  • : La kabbale du Goï
  • La kabbale du Goï
  • : Une passion, une recherche : la Kabbale et une approche de nos Textes Fondateurs
  • Contact

Recherche