Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 15:53

Jean-2.jpgLa structure de l’Evangile de Jean est différente des synoptiques… D’abord, il ignore dans son récit, naissance et petite enfance de Yeshoua !…Autre fait marquant : Il parle du Baptiste, mais pas vraiment de baptême éventuel de Yeshoua…

Il parle bien sûr de purification dans l’eau, rituel connu à l’époque et encore aujourd’hui dans le monde juif (rite appelé Mikvé), très pratiqué chez les Esséniens où peut être le Baptiste a été élevé. Il souligne que Yeshoua immergera dans le souffle sacré (même expression chez Marc).

Luc dit : "Il vous immergera dans le feu du souffle sacré"... quant à Matthieu il semble ignorer ces paroles.

Dans l’Evangile de Jean, on passe directement, après le prologue, dans la vie publique, rencontre avec les premiers disciples et première manifestation à travers l’épisode des noces de Qanah dont seul Jean se fait l’écho.

Nombre d’exégètes voient dans Jean, un auteur imprégné de la culture grecque au détriment de sa réelle origine.

Un exemple significatif : je cite Paul Le Cour " L’Evangile de Jean est essentiellement hellénique ; il n’a rien de commun avec le judaïsme. Il nous rattache à travers l’essénisme à Pythagore et même au druidisme ". Je relève une certaine incohérence dans la pensée de l’auteur, il dit que cet Evangile n’a rien de commun avec le judaïsme, et après il fait référence aux Esséniens pour situer le texte. Mais qu’étaient les Esséniens ?…sinon un courant du judaïsme pur et dur, désolidarisé du pharisianisme de l’époque et ils étaient fermement attachés à la Torah.

L’auteur est profondément hébraïsant et imprégné du judaïsme de son temps, son style en témoigne…l’utilisation des cadences spécifiques utilisées par certains auteurs de l’Ancienne Alliance, les hébraïsmes qui jalonnent le texte malgré sa rédaction en grec. Exemple le doublement des verbes pour appuyer les affirmations…les chiasmes du prologue, très typiques, qui consistent à mettre les mêmes mots dans des dispositions différentes pour construire des phrases, un peu comme on prend quelques notes de musique qu’on assemble dans un ordre, puis dans un autre pour construire une ligne mélodique.

L’inspiration du premier verset puisée dans les premiers versets de la Torah. Il est à noter que le premier mot de son Evangile est le même que le premier mot de la Torah, il s’ancre dans celle-ci sans équivoque. Baereschit, ce mot contient tout !…

Il a rédigé en grec, mais pensé en hébreu, n’en déplaisent aux antisémites de tout poil, fussent ils exégètes renommés ou croyants endoctrinés…Ce qu’il faut savoir, c’est que les chrétiens des premiers temps se reconnaissaient complètement dans le judaïsme, ils sont fils de l’Aelohim d’Avraham, d’Is’hac, de Ya’cob, le Dieu de nos pères (Actes des Apôtres 3 : 13), d’ailleurs l’appellation « chrétien » ne commence à apparaître que vers l’an 80 ou peu après…en deuxième temps une séparation se fera du judaïsme fortement pharisiannisé à l’époque, sous l’impulsion de l’hellénisme dont un certain Saül de Tarse dit Paul, de formation pluri-culturelle, sera l’instigateur et puis le troisième temps, prendra cours après la destruction du Temple de Yeroushalaïm, les massacres et déportations de cette époque…la fondation de la première église catholique, apostolique dans l’esprit, mais romaine dans sa gestion puisqu’elle fonctionnera sous le contrôle de païens convertis. Tout cela nous mènera vers les années 300, et c’est alors que le christianisme sera proclamé religion officielle de l’empire après la conversion de Constantin qui se proclamera chrétien, mais ne se fera baptiser que sur son lit de mort…    (à suivre)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alain - dans spiritualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La kabbale du Goï
  • La kabbale du Goï
  • : Une passion, une recherche : la Kabbale et une approche de nos Textes Fondateurs
  • Contact

Recherche